fbpx

Label O2 Dissolution Maîtrisée

dissolution oxygène pompe vin lobes

Un label en guise de sensibilisation

A l’heure où l’on s’inquiète d’un manque de tenu dans le temps de nos vins blancs les plus côtés, la sensibilisation à la prévention de la dissolution de l’oxygène dans le vin est un sujet d’autant plus d’actualité qu’il est difficile à appréhender. Invisible à l’œil nu, difficilement mesurable, observable une fois la bouteille ouverte et chez le client, le vin perd de ses qualités organoleptiques et déçoit le consommateur. La cause? Un défaut de formation des opérateurs en cave, peut-être. Un matériel inadapté favorisant le brassage du vin et donc la dissolution sournoise de l’oxygène lors des étapes de vinification, certainement. Chez PMH Vinicole, il nous a semblé important de faire connaître notre sensibilité et le fruit de notre travail pour cette cause, en marquant les esprits par un label reconnaissable. Sensibilité aujourd’hui partagée par d’autres grands acteurs équipementiers mais aussi par les médias professionnels de la filière vin comme La Vigne, Réussir Vigne, etc.

Dissolution de l’oxygène dans le vin:  rapport INRA de 2004

Nous savons depuis de nombreuses années déjà* que l’oxygène dans le vin est à appréhender avec précaution. En effet, en moyenne, un apport d’1 mg/l d’oxygène supplémentaire lors du conditionnement en BIB réduit de près de 4 mg/l la concentration en SO² libre et donc raccourcis la durée de vie du vin. Trop de d’oxygène nuit à la protection du vin dans le temps en annihilant l’effet protecteur sensé être apporté par le dioxyde de souffre (SO²) lors des différentes phases d’élevage du vin. (*voir Revue des Oenologues – juillet 2014)

Différentes technologies de pompes à vin étaient envisagées

Le marché des pompes à vin s’accompagne de nombreuses technologies différentes et variées à même de répondre à de multiples situations rencontrées en cave ou ailleurs. Parmi les technologies recensées nous trouvons: la pompe à piston alternatif, la pompe à piston rotatif, la pompe à piston péristaltique, la pompe à mouvement excentré, la pompe à rotor hélicoïdaux (appelé aussi pompe à queue de cochon), la pompe centrifuge, la pompe à membrane, la pompe à impulseur et bien sûr la pompe à lobes hélicoïdaux.

Une seule technologie a été retenue

Conscient de l’enjeu que représente une pompe à vin face à la difficulté rencontrée de maîtriser la dissolution de l’oxygène en phase de transfert, la technologie à lobes hélicoïdaux est celle retenue par PMH Vinicole pour concevoir dès le début la gamme de pompes à vin OENOPOMPE. Dès lors, un protocole technique est mis en oeuvre où chaque détail à son importance. La conception de l’OENOPOMPE respect en tout point un cahier des charges stricte mis en oeuvre en interne par une équipe de spécialistes. Un travail de longue haleine car invisible. Toutes nos pompes à vin sont conçues et mises au point individuellement afin de respecter un taux d’échange d’oxygène au plus bas.

Nos résultats sont allés au delà de nos espérances.

La technologie de la pompe à lobes hélicoïdaux, enrichie de la mise au point par PMH Vinicole, nous a permis d’obtenir des résultats au delà de notes de calculs et de nos estimations. C’est ainsi que nos propres clients reconnaissent que la pompe à vin OENOPOMPE dissout jusqu’à 3 fois moins d’oxygène qu’une pompe équivalente du marché (Voir analyse Perrier Jouet).