fbpx

Juin 2019 – Vitisphere

« La success story PMH Vinicole » ! dixit Vitisphere

Il est vrai que 25% de croissance d’activité, tous les ans, depuis 10 ans… ça marque tout de suite les esprits. En tout cas, la journaliste de Vitisphere, Juliette Cassagne, en a fait ses choux gras dans son article mis en ligne sur les pages du média Internet. Une rencontre dans le cadre de l’inauguration de nos nouveaux locaux le 20 juin 2019 à Montanay.

Retrouvez la page de l’article
en cliquant sur le bouton ci dessous :


Voici l’article dans sa globalité :

La success story de PMH Vinicole, le « spécialiste de la pompe à vin »

Lionel Corgié usine Montanay

Vendredi 28 juin 2019 par Juliette Cassagnes

Lionel Corgié, directeur de PMH vinicole, commercialise des pompes dont les rotors sont constitués de lobes de forme hélicoïdale. Les oenopompes sont proposées en 4 versions, avec des débits de 15 à 600 hl/h et vendues à partir de 12000 € HT. - crédit photo : J Cassagnes

Le fabricant de matériels de chai PMH vinicole vient d’inaugurer ses nouveaux locaux. L’occasion de dresser le portrait de cette société historique et qui s’est fait un nom sur le marché des pompes à vin « haut-de-gamme ».

L’entreprise PMH vinicole fêtait avec son réseau de distributeurs français et étrangers, ce jeudi 20 juin 2019, l’ouverture de son nouveau site de production, à Montanay (69), trois fois plus grand que le précédent à Bron. Un déménagement nécessaire pour répondre à l’activité en plein développement depuis 10 ans : « Nous avons un taux de 25% de croissance annuelle, comparable à celui des start-up de la nouvelle économie », annonçait fièrement Lionel Corgié, son directeur.

Ce dernier a repris en 2009 cette entreprise historique*, dont il était alors salarié et a décidé d’insuffler une nouvelle dynamique.

PHM Vinicole fabrique et commercialise aujourd’hui du matériel « traditionnel » de
chai – conquets, tables de tri, tapis de convoyage, égrappoirs, fouloirs – et surtout des pompes à moûts et à vin
. Elle s’est plus particulièrement bâtie une notoriété sur ces dernières, dont il se qualifie de « spécialiste historique », dont « l’Oenopompe ». Celle-ci a la particularité d’être dotée de 6 lobes hélicoïdaux « uniques sur le marché ».

« Une pompe intelligente »

Un système qui permet des transferts de vin avec des taux de dissolution d’oxygène par litre de vin « très faibles » en comparaison des 6 autres technologies existantes, de l’ordre de 3 à 5 fois moins. « Elle permet un débit nettement plus régulier et constant, et fonctionne sans pulsation, donc sans brassage ni émulsion du vin », assure le responsable. Cette dernière a notamment obtenu en 2016 l’habilitation du BNIC pour le pompage des eaux de vie, après 5 ans de tests et de mise au point.

Elles sont par ailleurs
« polyvalentes », pouvant servir aux soutirages, transferts, à l’entonnage, lors des filtrations, embouteillages, et même pour la thermovinification. « On en a vendu environ 1200 en 7 ans », ajoute le directeur.

Plus récemment, l’entreprise a mis au point de nouveaux équipements optionnels « d’intelligence embarquée », pour faciliter le travail : télécommande sans fil à affichage digital et écran tactile couleur de 7′ pour piloter la pompe, ou encore un compteur électromagnétique, pilotable à distance, pour contrôler avec précision les volumes.
« Nous développons toujours nos innovations sur les sollicitations de nos clients », résume Lionel Corgié.
Son chiffre d’affaires a atteint 4,48 millions d’euros en 2018 et devrait atteindre pour 2019 les 5,3 millions d’euros. L’export en particulier, démarré en 2014, est en progression. Elle a également pris la décision de se diversifier dans le secteur de l’agroalimentaire. Elle emploie une équipe jeune, de 17 personnes.

Félix Marmonier, inventeur et industriel d’une centaine de brevets
PMH vinicole a repris en 1956 les établissements « Marmonier », du nom de Félix Marmonier, un industriel lyonnais et inventeur de nombreux matériels vinicoles à partir des années 1830 (pressoir à rotule, robinet et pressoir américain, pressoir auto-déclic, ressorts spirales à accumulation d’énergie) qui ont accompagné l’industrialisation de la viniculture. En 1874, il a déposé le brevet du pressoir dit « Américain » qui asseoit le leadership technologique des Établissements Marmonier à l’échelle mondiale.